Rplfrance.org Google
Général Michel Aoun
Tout sur le sport au Liban
Actualités
Mardi 21 Novembre 2017 Accueil Envoyez ce contenu par e-mail Imprimez ce contenu

Retour sur un passé douloureux...

23-10-2017

Scarlett HADDAD - O.L.J.

Au-delà de la tentative de récupération par les partis politiques à dominante chrétienne du verdict de la Cour de justice sur l'assassinat du président élu Bachir Gemayel, les réactions qu'il a provoquées montrent que les plaies de la guerre civile sont loin d'être cicatrisées. Elles n'ont d'ailleurs jamais été vraiment traitées, car les différents protagonistes de la guerre sont devenus aujourd'hui des partenaires au sein de l'État sans avoir procédé à de véritables réconciliations populaires, ou même à un débat franc et global sur le rôle de chacun et sur l'évaluation des pertes et profits de cette guerre.

Brusquement, parce que les parties étrangères, internationales et régionales, qui trouvaient un intérêt particulier à alimenter la guerre interne, ont décidé qu'il était temps d'y mettre un terme, d'autant que l'objectif, selon eux, avait été atteint, puisque les chrétiens avaient perdu la guerre et étaient désormais prêts à accepter de faire des concessions au niveau de leur présence au pouvoir, les conflits se sont arrêtés et l'accord de Taëf est devenu la nouvelle Constitution.

Les Libanais sont aussitôt entrés dans une phase d'oubli... sans avoir vraiment tourné la page du passé. Paralysés par le carcan confessionnel instauré par les anciennes milices devenues partie intégrante du pouvoir – qui entraîne d'ailleurs un repli identitaire et national –, les Libanais ont omis de demander des comptes aux seigneurs de la guerre qui ont imposé leurs pratiques miliciennes aux institutions de l'État et qui continuent à camper sur les sacs de sable, devenus des ministères et d'autres morceaux de pouvoir, pour continuer leur guéguerre.

Contrairement à ce qui s'est passé dans d'autres pays, les canons se sont tus et les chefs de milice sont devenus les héros de la paix, se partageant entre eux les influences, tout en continuant à mobiliser leurs partisans parce qu'ils sont l'instrument de leur pouvoir. Épuisés par la guerre, les Libanais n'ont pas cherché à demander des comptes et leurs retrouvailles sont restées superficielles et fragiles... Il y a bien eu des tentatives de redistribution des cartes internes à travers la création de mouvements transconfessionnels, notamment le 14 et le 8 Mars, mais lorsque les enjeux politiques régionaux et internationaux ont changé, ces mouvements se sont retrouvés minés par l'allégeance confessionnelle qui a rapidement repris le dessus.

C'est dans ce contexte exacerbé et radicalisé (campagnes électorales obligent) qu'a été rendu le verdict de la Cour de justice sur l'assassinat de Bachir Gemayel, un verdict reporté pendant des années parce que la plus haute instance judiciaire du pays ne voulait justement pas rouvrir les blessures du passé et craignait les retombées de sa décision. Il a fallu le président Michel Aoun pour donner l'impulsion suffisante, à travers le ministre de la Justice, à la Cour de justice pour qu'elle rende son verdict. Le chef de l'État considérait qu'il fallait en finir avec ce dossier dont le report d'année en année mettait de plus en plus en cause la crédibilité de la justice. Dès la formation du gouvernement, il a demandé au ministre de préparer les nominations judiciaires pour pouvoir en finir avec les dossiers qui traînent et qui alourdissent la justice. Avant-hier Ahmad al-Assir, hier Habib Chartouni, demain le dossier de l'imam Sadr et probablement les dossiers des islamistes emprisonnés...

La démarche est louable, mais elle intervient à un moment politique particulièrement houleux et, au lieu de susciter un soulagement populaire, elle ravive les anciennes blessures et provoque des commentaires d'une rare violence entre les partisans des uns et des autres.

Bachir Gemayel est-il un héros ou un traître ? Habib Chartouni est-il un vulgaire assassin ou l'homme qui a posé les jalons de la résistance ? Les esprits s'enflamment et la réalité se perd dans les remous des passions. Ce qui est sûr, c'est qu'on ne peut pas juger les événements d'hier avec les yeux et les circonstances d'aujourd'hui. On ne peut pas en vouloir à une grande partie des chrétiens d'avoir aimé Bachir, voyant en lui le héros qui luttait pour maintenir leur présence au Liban, face aux musulmans qui avaient choisi de faire « des fedayine palestiniens leur armée » (selon les termes du mufti de l'époque), et qui en même temps a incarné, pour eux, le renouveau de l'État et des institutions. En même temps, on peut comprendre la détermination de Habib Chartouni et ceux qui travaillaient avec lui, à porter un coup dur à l'influence israélienne au Liban, après l'invasion de 1982. On dirait presque qu'il ne s'agit ni de la même personne ni du même événement, tant les lectures sont opposées. Est-ce la faute des chrétiens si une grande partie d'entre eux rejetait à l'époque l'identité arabe et voyait dans l'Occident et même en Israël leurs protecteurs naturels ? Est-ce la faute des musulmans et des partis dits du Mouvement national, ancrés dans le monde arabe et engagés auprès de la cause palestinienne, s'ils croyaient qu'il fallait combattre ce courant chrétien par la force ?

Ces thèmes épineux auraient dû faire l'objet d'un débat interne s'il y avait réellement eu une intention de tourner la page de la guerre au Liban, si la classe politico-milicienne avait pour une fois fait preuve de sens des responsabilités envers ce peuple sans cesse instrumentalisé à des fins qui n'ont rien à voir avec les principes brandis.

La solution, elle, est donnée par le nouveau commissaire du gouvernement près le tribunal militaire, Peter Germanos, qui avait écrit un livre avec Camille Germanos intitulé Les itinéraires manqués pour faire la paix au Liban. Dans cet essai, le magistrat chevronné aborde « les questions essentielles posées par l'après-guerre ». Il évoque les notions de reconnaissance, de réconciliation et de pardon, sans lesquelles la société libanaise ne saurait panser définitivement ses plaies. Germanos préconise ainsi le recours à « la justice réparatrice comme cadre de réflexion », tout en suggérant au Parlement de former « une commission de vérité », à l'instar de celle créée en Afrique du Sud, pour démonter les mécanismes de la violence et régler une fois pour toutes les dossiers des disparus et des déplacés. Dans cette commission, chaque partie ferait « sa confession ». Ce qui constituerait le début d'un dialogue. En même temps, « la justice réparatrice », qui serait le fait des instances judiciaires, « vise à rétablir les liens sociaux perturbés du fait de la guerre, sur la base de l'équité sociale ». « Plutôt que de viser la remise en état de la société d'avant-guerre, cette justice réparatrice cherche à restaurer des rapports où les droits de chacun à la dignité, à la sécurité et au respect sont honorés en toute égalité. Elle se distingue de la justice ordinaire qui vise l'infraction dans l'esprit de faire respecter la loi et l'autorité de l'État. Elle n'est pas non plus une justice de rédemption basée sur la compensation. Elle est plutôt une justice de transformation qui tient compte de l'attitude du contrevenant et de la capacité de la victime à lui pardonner... ». Le Liban pourrait ainsi tirer profit de son rendez-vous avec le passé, ce passé qui vit encore en chacun de nous, soit dans nos mémoires, soit grâce à celle de ceux qui nous ont précédés...

RPL France
Soutenez le RPL faites un don
Rejoignez le groupe sur
Mot du Président
Activités RPL France
Elections
Eclairages
Citoyen
Tribunes libres
Témoignages
Hommage
Talents
Culture & Sciences
Environnement
Economie
Littérature
Comité Estudiantin
A Lire
Guerre contre le Liban

S.O.L.I.D.E.
(Support of Lebanese in Detention)
Bureaux Locaux

Ne jamais Oublier...
(Voir la vidéo )

© 2006 RPL - Mentions Légales

Rassemblement Pour le Liban - FRANCE
63, Rue Sainte-Anne - 75002 PARIS - France -
Tél. 06 15 46 10 33 - Fax : 01 40 15 05 52 - email : contact@rplfrance.org