Rplfrance.org Google
Général Michel Aoun
Tout sur le sport au Liban
Actualités
Mercredi 26 Juillet 2017 Accueil Envoyez ce contenu par e-mail Imprimez ce contenu

Beyrouth. Une destination prisée?

05-06-2017

Soraya Hamdan - Magazine

Si pendant longtemps Beyrouth était considéré comme l’hôpital du Moyen-Orient et la capitale de la chirurgie esthétique, les choses ont bien changé depuis 2011. La crise syrienne et la baisse du tourisme sont passés par là. Le talent des médecins libanais suffira-t-il à faire revenir la manne que constituent les patients étrangers?

Des agences de voyages spécialisées, des forfaits incluant visites touristiques du pays, opérations esthétiques et séjours de remise en forme... Il y a encore quelques années, une frénésie s’emparait du Liban qui se rêvait déjà capitale régionale du tourisme esthétique.

Il faut dire que le potentiel était énorme: des médecins qualifiés, trilingues, un pays touristique unique dans la région avec une vie nocturne et une gastronomie parmi les plus réputées de la planète, sans oublier les tarifs très compétitifs des interventions esthétiques. Autant dire que Beyrouth avait presque tout les atouts pour rivaliser avec les plus grandes destinations internationales, en matière de tourisme médical.

«La réputation des chirurgiens libanais rayonne dans le monde entier, confirme le Dr Elias Chammas, le directeur général du HIMC, une clinique spécialisée établie à Hazmieh. A cela, s’ajoutent les tarifs de nos prestations, extrêmement compétitifs. Une opération de chirurgie esthétique revient, en moyenne, à moitié moins chère au Liban que dans les pays du Golfe. A titre d’exemple, une rhinoplastie pratiquée à Abou Dhabi coûtera entre 6 000 et 8 000 dollars, au Liban, il suffit de débourser environ 3 000 dollars», indique-t-il.
Preuve des espoirs portés par le tourisme médical au niveau national, un comité regroupant l’ensemble des acteurs, avait même été créé par le ministère du Tourisme. Objectif annoncé? Faire de ce secteur un véritable moteur de l’économie libanaise. Mais aujourd’hui la situation a bien changé.

L’impact du conflit syrien

«Il nous manque le plus important, regrette le Dr Chammas: les touristes! «Comment voulez-vous attirer des visiteurs étrangers lorsque défilent sur tous les écrans de télévision, des images de Beyrouth croulant sous les poubelles, sans même parler de l’instabilité sécuritaire?», s’exclame le praticien. «Le Liban a besoin d’électricité, de routes, de services publics et d’infrastructures adéquates pour accueillir ces touristes. Sinon, il peut toujours continuer à rêver de cette Mecque de la chirurgie esthétique qu’il aurait pu être».

Depuis la guerre en Syrie, le Dr Elias Chammas a constaté un recul de 25% de son activité. «Heureusement que les Libanais restent de bons clients, sans eux on aurait mis la clé sous la porte. Avant 2011, nous avions débuté plusieurs partenariats avec des tours opérateurs, des hôtels, avec le ministère du Tourisme... Rien n’a vraiment pu se développer, tout simplement à cause de l’absence de touristes».

Un constat confirmé par Juliana Khoury, la responsable du marketing et de la communication au HIMC. Pour les patients de la clinique qui viennent de l’étranger, elle organise le séjour presque entièrement: de l’envoi d’un taxi à l’aéroport pour les récupérer, jusqu’à la réservation d’une chambre d’hôtel, une proposition d’activités touristiques, voire même la réservation d’une nourrice pour les parents voyageant avec leurs enfants. La professionnelle confirme avoir vu sa clientèle étrangère changer de profil ces dernières années. «En 2010, la moitié des clients étaient des touristes arabes, aujourd’hui il n’y en a plus aucun. Avec le boycott des pays du Golfe à l’encontre du Liban, nous avons dû prospecter de nouveaux clients. Nous avons donc commencé à nous faire connaître auprès d’autres pays comme l’Australie, la Suède, l’Europe... La plupart du temps, ce sont des expatriés de la diaspora ou des étrangers connaissant un Libanais qui se laissent tenter par un séjour esthétique ici».

Concurrence internationale

L’absence de touristes ne suffit pourtant pas à expliquer le retard du Liban dans le développement de ce secteur. Pour Nada Sardouk, la directrice générale du Ministère du Tourisme, «il est clair que Beyrouth n’est plus la Mecque du tourisme esthétique», mais pour d’autres raisons. «Tout a changé, explique-t-elle. Aujourd’hui, il existe une véritable concurrence mondiale et régionale dans la course pour devenir la capitale du tourisme esthétique. Il est vrai qu’historiquement nous avons été considéré comme l’hôpital du Moyen-Orient, il est vrai que nous comptons parmi les meilleurs médecins au monde, les meilleures prestations, les meilleurs services hospitaliers mais malheureusement, cela n’est plus suffisant. Pour être un pôle touristique, il nous faut plus de lits, augmenter la capacité d’accueil dans nos hôpitaux, construire les infrastructures adéquates... Des pays comme la Jordanie, la Malaisie ou l’Inde ont édifié des villes entières dédiées au tourisme médical. Aujourd’hui, le Liban ne peut pas accueillir autant de touristes qu’il le voudrait».

RPL France
Soutenez le RPL faites un don
Rejoignez le groupe sur
Mot du Président
Activités RPL France
Elections
Eclairages
Citoyen
Tribunes libres
Témoignages
Hommage
Talents
Culture & Sciences
Environnement
Economie
Littérature
Comité Estudiantin
A Lire
Guerre contre le Liban

S.O.L.I.D.E.
(Support of Lebanese in Detention)
Bureaux Locaux

Ne jamais Oublier...
(Voir la vidéo )

© 2006 RPL - Mentions Légales

Rassemblement Pour le Liban - FRANCE
63, Rue Sainte-Anne - 75002 PARIS - France -
Tél. 06 15 46 10 33 - Fax : 01 40 15 05 52 - email : contact@rplfrance.org