Rplfrance.org Google
Général Michel Aoun
Tout sur le sport au Liban
Actualités
Vendredi 22 Février 2019 Accueil Envoyez ce contenu par e-mail Imprimez ce contenu

Le message de Mgr Raï à Paris
Les chrétiens d’Orient sont en danger

09-09-2011

Julien Abi Ramia - Magazine

Jusque là plutôt silencieux sur la situation en Syrie, le patriarche Béchara Raï a profité de sa visite en France, pour livrer un double message aux officiels. Ses priorités, le retour à la stabilité et la défense des minorités.

Il s’agit de la première véritable mission diplomatique du nouveau chef de l’Eglise maronite. Au moment où le monde arabe est en proie à des bouleversements politiques, la voix du leader spirituel de la minorité chrétienne compte. Et son discours, nuancé mais extrêmement précis, il l’a livré auprès de tous ses interlocuteurs aussi bien aux officiers français qu’aux résidents en France de la diaspora libanaise. Une voix unificatrice – «Le Liban résident et la diaspora forment un seul Liban, a notamment souligné le patriarche maronite. Le Liban résident représente le tronc de l’arbre et la diaspora représente les branches. Le tronc sans les branches ne représente pas grand-chose et les branches sans le tronc ne peuvent pas vivre» – mais qui sait être politique: «Les Libanais répandus dans le monde doivent inscrire leurs enfants dans les ambassades. Le Liban est fondé sur la démocratie et il est important de maintenir l’équilibre entre les Libanais car il s’agit là d’un impératif national».

Mgr Béchara Raï sait capter l’attention de ses interlocuteurs. Et les autorités françaises, qui se veulent très en pointe sur les dossiers arabes, syriens et libyens notamment, ont pu entendre un son de cloche différent. Car auprès du président Sarkozy, du Premier ministre François Fillon, il a exprimé des craintes quant au sort des chrétiens dans les pays dont les régimes ont été renversés, comme en Irak et en Égypte, ou dans les pays en proie à des soulèvements populaires, comme en Syrie. Une position qui pose le débat et chatouille ceux qui, au Liban et dans le monde occidental, ont pris fait en cause de la «révolution syrienne».

Oui, il est nécessaire «pour tous les régimes de la région de respecter leurs peuples», mais Béchara Raï le laisse transparaître, la théorie du soulèvement romantique des opprimés contre les régimes dictatoriaux est caricaturale. «L’action de la communauté internationale, que ce soit au niveau des Etats ou du Conseil de sécurité, devrait tenir compte de ce paramètre. Nous redoutons deux éléments: une guerre civile en Syrie ou l’avènement d’un régime radical, ainsi que le démembrement du monde arabe en mini-Etats confessionnels».

Démocratie ou génocide?

Une prise de position qui interpelle. Sans pour autant épouser, en tout cas publiquement, la théorie d’un complot international contre la Syrie, le patriarche épouse ainsi le discours du gouvernement libanais, qui criant les conséquences de l’instabilité à ses frontières. «Qu’est-ce qui se passera en Syrie? La communauté internationale et la France doivent réfléchir à l’avenir. (...) Est-ce qu’il y aura une guerre sunnito-alaouite dans ce pays? Ce serait un génocide et non pas une démocratie ou des réformes». Une attaque en règle du laïus occidental. En réalité, une seule considération sous-tend toutes ces réactions, la protection de la minorité chrétienne d’Orient. «Lorsque des sociétés sont victimes de guerres, de crises économiques et de privation des droits élémentaires de l’homme, nous ne pouvons que nous inquiéter pour les chrétiens, parce que nous ne voulons pas qu’ils soient traités en tant qu’étrangers. Lorsque les régimes dans certains Etats sont religieux (...), nous vivons en danger permanent». Il a évoqué également avec Alain Juppé, ministre des Affaires étrangères, l’option d’un état civil et la séparation de la politique et du religieux, seules garanties contre les « déviations » du confessionnalisme.

Auprès des officiels français, le patriarche a évoqué le sort des chrétiens dans les pays dont les régimes ont été renversés, ou dans les pays en proie à des soulèvements populaires. «Il est nécessaire d’aider les chrétiens du monde arabe aux plans matériel, humain et spirituel, pour leur permettre de tenir bon dans leurs pays respectifs». Le discours d’un leader.

RPL France
Soutenez le RPL faites un don
Rejoignez le groupe sur
Mot du Président
Activités RPL France
Elections
Eclairages
Citoyen
Tribunes libres
Témoignages
Hommage
Talents
Culture & Sciences
Environnement
Economie
Littérature
Comité Estudiantin
A Lire
Guerre contre le Liban

S.O.L.I.D.E.
(Support of Lebanese in Detention)
Bureaux Locaux

Ne jamais Oublier...
(Voir la vidéo )

© 2006 RPL - Mentions Légales

Rassemblement Pour le Liban - FRANCE
63, Rue Sainte-Anne - 75002 PARIS - France -
Tél. 06 15 46 10 33 - Fax : 01 40 15 05 52 - email : contact@rplfrance.org